Mon corps, ce héros

A l’heure où l’on parle beaucoup d’écologie, pourquoi négligeons-nous autant notre corps ?

Nous sommes choqués de voir des actes de violence et de non-respect vis-à-vis de la nature, des animaux et de la planète en général.

Toute démarche écologique doit commencer par soi-même et par prendre soin de son corps comme d’une ressource limitée qu’il faut préserver et chérir.

A/ L’intelligence de notre corps

L’intelligence de notre corps et sa complexité ne sont plus à démontrer

C’est la structure la plus complexe qui existe à ce jour et c’est normal car elle est à l’image de l’univers.

Ce n’est pas une simple machine :

  • Elle se régénère continuellement
  • Elle s’adapte selon son environnement
  • Elle compense les déséquilibres autant qu’elle peut

C’est notre meilleur GPS avec notre âme.

Ecouter son corps est aussi important que d’écouter son âme.

B/ Le lien corps-âme-esprit

Nous sommes des âmes qui vivons une expérience terrestre et non des êtres humains qui vivent une expérience spirituelle.

Le mental doit être au service de l’âme et du corps et non l’inverse.

Ce lien est vital mais il doit être constamment le plus équilibré possible.

Lorsque nous somme très exigeant avec ce corps qui ne correspond pas toujours à nos attentes, c’est que le mental a pris les commandes.

Exemples de diktats de la société en matière d’image corporelle :

  • Performances physiques
  • Image du corps idéal

Mais qu’est-ce réellement qu’un corps idéal ???

Pour moi, aujourd’hui, c’est celle d’un corps qui est en harmonie et en lien avec mon âme et mon esprit mais pas avec mon apparence physique.

C/ Comment prendre soin de notre corps

1/alimentation

  • Alimentation vivante
  • Limiter viande et sucres rapides car risque d’acidité
  • jeûne intermittent (14h sans manger : par exemple : 20h – 12h le lendemain)

2/sommeil

  • Coucher avant minuit
  • Cahier pour se vider la tête
  • Lectures feel good
  • Méditation courte ou bruits qui vous apaisent

3/activités physiques

  • Mieux vaut régulières qu’intenses
  • Commencer à plusieurs si besoin et sur des durées courtes (on ne vise pas la performance athlétique)

4/soins corporels indispensables

  • S’hydrater en buvant +++
  • Hydrater son visage, son corps et SES PIEDS
  • S’accorder un jour dans la semaine où l’on prend un peu + de temps pour ses soins
  • Soins des pieds tous les soirs en été

5/soins bonus

  • Massages
  • Soins esthétiques
  • Soins énergétiques
  • Ostéopathie

D/ Et quand nous tombons malades ?

Nous créons nos propres maladies, y compris les plus graves.

Mais attention, il n’y a aucune culpabillité à avoir. C’est souvent quelque chose que nous comprenons lorsque cela arrive. Nous avons « besoin » de vivre cette expérience pour découvrir que le processus de la maladie est lié à notre histoire personnelle.

Et je dirais même que c’est une vision qui redonne espoir. Cela veut dire que nous sommes aux commandes de notre vie et que nous pouvons retrouver une bonne santé.

Mais pour cela, il va falloir entrer en communication avec notre corps.

D’ailleurs, les maladies les + graves sont souvent précédées de maladies ou symptômes plus bénins qui sont des signes annonciateurs qu’il y a un déséquilibre et qu’il est temps de se poser pour comprendre les messages que notre âme nous envoie à travers notre corps.

Parfois, nous ne les sentons pas mais c’est parce que nous avons une hygiène de vie qui ne laisse aucune place à l’écoute de soi, de son soi intérieur et profond.

1/ attitude responsable

La maladie n’est pas une fatalité.

Si je me suis permise de dire que nous créons nos propres maladies, ce n’est pas par provocation. Et d’ailleurs, je ne suis pas la seule à le dire, bien au contraire. Il y a de plus en plus d’études scientifiques qui démontrent que la maladie est induite par de multiples facteurs émotionnels, physiques et énergétiques et que nous avons le pouvoir de modifier cet état.

Mais cela passe par l’étape de responsabilisation.

Non, nous ne sommes pas victime de telle ou telle maladie. Elle est l’expression d’un déséquilibre en nous.

2/ attitude active

C’est cette attitude active qui va vous conduire à la guérison.

Ce n’est pas facile et demande de l’énergie, de l’humilité et du courage.

On pense souvent que les accidents, les maladies, le handicap sont des limitateurs mais si le corps nous limite, c’est en accord avec notre âme qui a besoin que nous comprenions certaines choses.

Il va donc falloir partir à la découverte de ces messages que notre corps-âme-esprit nous envoie.

Parallèlement à cela, il faudra accepter certains traitements allopathiques. Mais de la même façon, avoir une attitude active dans son traitement est très important.

Et puis, créer de l’espace autour de la maladie et de la souffrance pour y mettre plein de petites choses qui vont vous faire du bien, pour y mettre de la joie.

Vous allez créer, ainsi, la capacité à être intime avec cette expérience de la maladie mais sans vous laisser emporter par elle.

Pour conclure sur la maladie, je voudrais préciser une chose importante :

Mon corps est malade mais je ne suis pas cette maladie. La maladie est seulement un moyen d’expression, de communication de mon âme à travers mon corps.

D/ Conclusion

Et pour tout ceux, bien-portants ou malades, qui ont tendance à exiger beaucoup de leur corps ou qui sont fâchés après lui car il ne répond pas à nos exigences ou besoins, j’ai envie de vous offrir une citation de Martin Aylward (méditant chevronné) : « Aujourd’hui, c’est la journée la plus jeune de votre vie, alors incarnez-vous dans cette vérité et vivez-la pleinement »