Se fixer les bons objectifs

Aujourd’hui, nous allons nous concentrer sur nos objectifs.

C’est vraiment une étape essentielle qu’il ne faut vraiment pas négliger. Toute la réussite de votre projet de changement de vie en dépend et surtout le déroulement de cette transition.

Mais rassurez-vous, nous allons vous guider et vous expliquer comment faire en détail.

1/ Quelques points importants avant de démarrer :

  • Acceptez que ces étapes de préparation prennent du temps. L’avantage de cela : avoir des bases (fondations) les plus solides possibles. Si vous ne l’avez pas encore fait, faites une pause dans cet épisode et allez faire les exercices proposés dans l’épisode n°3.
  • Optimisez votre énergie.
  • Fixez-vous les BONS objectifs. C’est-à-dire, les VOTRES et pas ceux de votre conjoint ou conjointe, de vos parents, de votre patron, de la société d’une manière générale.

Nietzsche a dit : « Celui qui a un pourquoi qui le fait vivre peut supporter tous les comment »

2/ La méthode SMART

Il y a une multitude de méthodes pour établir ses objectifs.

Une des plus connues est la méthode SMART (qui veut dire « intelligent » en anglais).

Elle a été inventée par Peter Drucker en 1954. Elle n’était pas présentée ainsi à l’époque (avec les initiales « SMART »).

Chaque lettre du mot SMART correspond à une étape :

  • S : spécifique : clairement défini
  • Mesurable : que l’on peut quantifier
  • Atteignable, acceptable, ambitieux : qui soit possible à réaliser
  • Réaliste : qui ne soit pas utopique
  • Temporaire : qui soit planifié dans le temps

Cette méthode est intéressante mais elle a ses limites et comme toute méthode, elle a été tellement réinterprétée qu’elle en a perdu son sens et son efficacité d’origine.

3/ Ma méthode

Lorsque j’étais infirmière, je me devais d’être très organisée car je n’avais droit ni à l’erreur, ni aux oublis. Fixer les bons objectifs rentraient dans le cadre de ma démarche de soins pour chacun de mes patients.

Je vous propose donc de vous inspirer de ma méthode pour vous fixer les bons objectifs.

Elle a un côté pratique et concret. On fonctionne étape par étape et on revient à la base : NOS BESOINS pour voir à quel niveau, ils sont perturbés.

Ensuite, à chaque BESOIN PERTURBÉ, on se donne un OBJECTIF PRINCIPAL. Ensuite, on liste tous les OBSTACLES ce qui nous empêche d’atteindre cet objectif principal.

Puis, à chaque obstacle, on cherche une ou plusieurs solutions que l’on appellera OBJECTIFS SECONDAIRES ou ACTIONS.

On peut faire un tableau :

BESOIN
PERTURBÉ
OBJECTIF
PRINCIPAL
OBSTACLESACTIONS
(objectifs secondaires)

Ou une Mind-Map :

Ca, c’est le joli modèle pour que vous voyez bien comment ça fonctionne mais, pour vous décomplexer, je vais vous présenter mes vraies Mind-Map…

4/ Un exemple concret

Je prends, comme exemple, mon besoin perturbé au niveau de mon alimentation. J’ai une colite chronique (un équivalent de maladie de Crohn) qui se réveille de temps à autre. Mon BESOIN PERTURBÉ est alimentation non adaptée.

Mon OBJECTIF PRINCIPAL est de m’alimenter sainement.

Ensuite, je commence par lister tous les OBSTACLES à la bonne réalisation de ce besoin et je trouve ce qui pourrait rétablir le juste équilibre (ACTIONS) :

  • Difficulté à me motiver : soutien auprès d’un professionnel – Proposer à mes enfants de faire ce challenge avec moi.
  • Multitude d’informations qui me perdent et me démotivent : sélectionner le livre qui me motive le plus et m’en tenir à celui-ci
  • Difficultés à trouver du temps pour cuisiner : m’organiser pour cuisiner 1 jour sur 2 – Proposer aux enfants de prendre le relai.
  • Difficultés à faire les courses dans différents endroits (temps) : acheter tous les ingrédients de base et faire une liste pour prévoir le renouvellement par grosse quantité (par correspondance).
  • Gourmandise : m’accorder 3 plaisirs gourmandises et ne jamais dépasser 1 par jour.
  • Habitudes alimentaires bien ancrées : Partir à la découverte de nouveaux aliments, nouvelles recettes – faire des semaines à thème – Ne jamais chercher à remplacer un aliment par un substitut (trop souvent décevant et me conduit à craquer !)
  • Peur des conséquences sur ma vie sociale : proposer d’amener un plat ou le dessert lorsque je suis invitée et surprendre positivement mes amis

Une fois toutes les actions posées, il est alors indispensables de les rendre les plus précises possibles.

Pour cela, on peut utiliser la règle des 5W des journalistes : what (Quoi) ? Who (Qui) ? Where (Où) ? When (Quand) ? Why (Pourquoi) ?…à laquelle,  je rajoute How (comment) ?

Vous n’êtes pas obligé(e) de trouver une réponse à chacune des questions mais si vous les passer en revue, vous êtes sûr(e)s de ne rien oublier.

Si je prends l’objectif de me faire soutenir par un professionnel. Il faut que je choisisse le domaine d’expertise de cette personne, la fréquence de mes RV, mon budget et les indicateurs qui me permettront de définir si cet accompagnement m’apporte le soutien recherché (par exemple : ma motivation, les changements alimentaires que j’ai réussi à effectuer et mon état de santé et d’énergie).

Mon objectif final est donc : trouver un naturopathe dans ma région, pour un RV tous les mois, avec un budget de 60 euros/mois. Si au bout de 3 séances, je n’ai pas de points positifs concernant les changements alimentaires que j’ai fait, mon état de santé, d’énergie, ma motivation, je réévalue mon besoin et donc mon objectif.

5/ Et après

Avouez qu’à partir de là, il est très simple de fractionner ses actions pour les concrétiser dans la matière et dans le temps, et les organiser.

Ce sera la prochaine étape.

Si vous avez besoin d’aide, n’oubliez pas que Néophim et moi-même, sommes là, prêts à vous soutenir dans cette étape indispensable.

Très belle journée à tous.